Actualités du cabinet

révision des contrats imprévision code civil

La nouvelle théorie de l'imprévision des contrats et la possibilité de renégocier les contrats

Auteur : GAUCHER-PIOLA Alexis
Publié le : 01/07/2019 01 juillet juil. 2019

L’article 1195 du code civil est une nouveauté du code civil. Il définit l’imprévision comme un changement que les parties ne pouvaient pas prévoir lors de la conclusion du contrat, rendant l’exécution de celui-ci excessivement onéreuse pour la partie au contrat subissant ce changement.
1) L'obligation de renégociation des contrats:
En définissant l’imprévision des contrats, l’article 1195 du code civil consacre la théorie de la révision judiciaire du contrat pour imprévision et, plus largement l’obligation de renégociation du contrat.
 
Il est important de préciser que cet article n’est pas d’ordre public ce qui signifie qu’il peut être écarté contractuellement.
 
Ainsi, il est possible d’insérer dans le contrat une clause d’« hardship » prévoyant la révision du contrat en cas de changement de circonstances bouleversant l’équilibre de celui-ci, ce qui exclurait l’application de l’article 1195 du code civil.
 
Il est également possible de prévoir une indexation automatique, notamment dans les relations fournisseurs/distributeurs de matières premières, pour éviter que le contrat ne se déséquilibre. Ici aussi, l’application de l’article 1195 du code civil sera écartée sauf si l’échelle d’indexation se révèle insuffisante.
 
Aussi, cette obligation de renégociation est entrée dans le droit français seulement depuis la réforme du droit des contrats du 10 février 2016 entrée en vigueur le 1er octobre 2016. Autrement dit, elle ne s’impose qu’aux contrats rédigés depuis le 1er octobre 2016. 2) Les conditions de renégociation pour imprévision :  
Chaque partie au contrat peut demander une renégociation à l’autre sur le fondement de la théorie de l’imprévision, si et seulement si les trois conditions d’application posées par l’article 1195 du code civil sont respectées:
 
1- D’une part, le changement subit par la partie demandeuse à la renégociation devait être imprévisible au jour de la conclusion du contrat.
 
2- Ensuite, l’exécution de ses obligations doit être devenue excessivement onéreuse.

3- Enfin, la partie lésée ne doit pas avoir acceptée d’assumer les risques d’un changement de circonstances.
  Il sera remarqué que pour exclure l’application de cet article il faudra simplement intégrer dans le contrat une clause d’acceptation des risques.  
Lorsque toutes les conditions sont réunies, la partie lésée doit commencer par demander à son cocontractant de renégocier le contrat. Suite à cela, soit la renégociation aboutit et les parties font application du contrat modifié, soit au contraire, la renégociation échoue et alors les parties peuvent d’un commun accord résoudre le contrat ou alors demander au juge de l’adapter. Pour cette dernière hypothèse, il est indispensable qu’il s’agisse d’une requête conjointe des parties. Un problème se pose surtout lorsque les parties n’arrivent pas à se mettre d’accord ni pour renégocier ni pour résoudre le contrat ni pour demander au juge de l’adapter. En ce cas, après un délai raisonnable, il est possible qu’une seule partie au contrat saisisse le juge qui adaptera ou résoudra le contrat.
  3) Des imprécisions perdurent :
Concernant cette nouvelle obligation de renégociation quelques imprécisions sont présentes.
 
En effet, aucun chiffre n’est donné par la loi quant au caractère excessif de l’exécution, qui est pourtant une des trois conditions indispensables à son entrée en jeu.
 
Même imprécision pour le délai raisonnable.
 
Il va falloir attendre de connaitre la position de la jurisprudence pour palier, en parti, à ces imprécisions législatives. Attention, la renégociation du contrat ne signifie pas la suspension des obligations, bien au contraire, la partie lésée doit continuer à exécuter ses obligations contractuelles.  
La révision judiciaire ne doit pas être vue par les parties au contrat comme une solution miracle pour modifier leur contrat si un changement de circonstances se produit.
 
Le juge décidera seul des modifications au contrat, ce qui risque finalement plus de déplaire aux parties que de leurs convenir.
 
 
Cet article n'engage que son auteur.

Historique

  • La nouvelle théorie de l'imprévision des contrats et la possibilité de renégocier les contrats
    Publié le : 01/07/2019 01 juillet juil. 07 2019
    Actualités du cabinet
    Entreprises / Marketing et ventes / Contrats commerciaux/ distribution
    révision des contrats imprévision code civil
    L’article 1195 du code civil est une nouveauté du code civil. Il définit l’imprévision comme un changement que les parties ne pouvaient pas prévoir lors de la conclusion du contrat, rendant l’exécution de celui-ci excessivement onéreuse pour la partie au contrat subissant ce changement. 1) L...
  • Exploitation en indivision : que faire en cas d'absence d'un indivisaire ?
    Publié le : 11/04/2019 11 avril avr. 04 2019
    Actualités du cabinet
    Entreprises / Gestion de l'entreprise / Communication et vie sociale
    Vote des indivisaires - Crédit photo : © KonstantinosKokkinis
    La situation d’une exploitation viticole en indivision est souvent bien compliquée pour un certain nombre de raisons au titre desquelles l’absence ou l’incapacité d’un indivisaire au moment où l’indivision doit passer un acte important. En effet, un certain nombre d’actes (notamment les actes de...
  • Le cautionnement disproportionné
    Publié le : 11/12/2018 11 décembre déc. 12 2018
    Actualités du cabinet
    Entreprises / Finances / Banque et finance
    Entreprises / Gestion de l'entreprise / Gestion des risques et sécurité
    Le cautionnement disproportionné
    Le cautionnement est une garantie personnelle, par lequel le signataire s’oblige envers le bénéficiaire, à lui payer les sommes dues par un tiers si celui-ci n’y satisfait pas lui-même. Le cautionnement personnel permet au bénéficiaire d’exercer ses recours contre l’ensemble des biens de la c...
  • Quand le remboursement du compte courant d’associé constitue une faute de gestion du gérant
    Publié le : 16/10/2018 16 octobre oct. 10 2018
    Actualités du cabinet
    Entreprises / Gestion de l'entreprise / Communication et vie sociale
    Quand le remboursement du compte courant d’associé constitue une faute de gestion du gérant
    La chambre commerciale de la Cour suprême a rendu une décision intéressante le 24 mai 2018, posant une limite au remboursement d’un compte courant d’associé. Mais faisons au préalable un petit rappel. Le compte courant d’associé qui peut être créé, soit au moment de la constitution de la soc...
  • Propriété et usage des chemins d'exploitation
    Publié le : 19/09/2018 19 septembre sept. 09 2018
    Actualités du cabinet
    Particuliers / Patrimoine / Copropriété
    Propriété et usage des chemins d'exploitation
    Selon le code rural et de la pêche maritime, les chemins et sentiers d'exploitation sont ceux qui servent exclusivement à la communication entre divers fonds, ou à leur exploitation. Ils sont, en l'absence de titre, présumés appartenir aux propriétaires riverains, chacun en droit soi, mais l'u...
  • Renonciation du fermier à son droit de préemption
    Publié le : 13/07/2018 13 juillet juil. 07 2018
    Actualités du cabinet
    Entreprises / Gestion de l'entreprise / Construction Immobilier
    Renonciation du fermier à son droit de préemption
    La juridiction suprême s’est posée la question de savoir si le fermier avait la possibilité de renoncer de façon unilatérale à son droit de préemption. À l’occasion d’une affaire qui lui étaient soumise, la Cour de Cassation a répondu précisément à cette question. Dans un premier temps il con...
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.